Le gyropode : une solution contre les pics de pollution ?

Posté dans : Gyropode

Plus une semaine ne passe sans qu’une grande ville française ne fasse état d’une alerte à la pollution de l’air. Même si les médias aiment mettre Paris en avant, la capitale est loin d’être la seule grande agglomération française victime de ce fléau. Selon des rapports officiels, elle n’est même pas en tête du triste classement des villes françaises les plus polluées. Aussi surprenant que ce soit, elle n’arrive en effet que seulement septième. On retrouve Marseille en 1ère position, suivi de Lille, Lyon, Nice, Grenoble, et l’agglomération de Lens-Douai.

On peut donc se rendre compte que ce problème de pollution de l’air n’est pas un problème qui concerne que Paris et sa région. Toutes les grandes villes, aux quatre coins de la France, présentent les stigmates de ce mal contemporain.

La question logique qui suit est : quelles sont les causes de cette pollution aux particules fines ?

On distingue quatre principales causes : l’activité industrielle, les transports, l’agriculture et l’activité résidentielle. En voici la répartition, en moyenne, sur tout le territoire français : 31% pour l’industrie manufacturière, 30 % pour le secteur résidentiel/tertiaire, 20 % pour l’agriculture et la sylviculture, et 15 % pour le transport routier (source : CITEPA). Comme précisé ci-dessus, ceci est une moyenne sur tout le territoire français. Ces chiffres varient beaucoup selon l’endroit où les relevés sont effectués. Dans une ville comme Paris, le transport routier est responsable de plus de 25% des émissions, loin devant les chantiers et carrières (20%), et devant l’agriculture (14%) selon airparif.

 

gyropode, pollution, transport écologique, transport électrique
Grenoble

 

gyropode, transport écologique, transport électrique, pollution
Paris

 

En voyant ces chiffres, cela devient compliqué de continuer à blâmer les uns et les autres, sans se sentir soi-même responsable, en partie. Il devient très important de se poser les bonnes questions et de changer nos vieilles habitudes, notamment en matière de transport.

Le but ici n’est pas de faire la morale à qui que ce soit, juste informer que d’autres solutions existent, des solutions plus en adéquation avec notre époque, et qui répondent à cette problématique de la pollution de l’air. Les transports électriques sont sans aucuns doutes possibles LA solution d’avenir.

Des transports comme le gyropode, le vélo électrique, la trottinette électrique, ou le surprenant onewheel que l’on voit se développer de plus en plus, représentent le futur (et même le présent) du transport quotidien. Tous ces nouveaux modes de transport ont la particularité d’avoir des batteries au lithium qui leur permettent d’atteindre une autonomie pouvant aller jusqu’à 45/50 kilomètres par cycle de charge de trois heures en moyenne. Et c’est là que réside le grand changement. L’excuse utilisée auparavant pour rester éloigné de ceux-ci, était que le cycle de charge était trop long, pour une autonomie trop courte. Grâce aux efforts de certains constructeurs, ce discours ne tient plus.

Un gyropode, par exemple, affiche une vitesse de pointe en moyenne de 16-18 km/h. Certaines trottinettes électriques atteignent sans problème les 30 km/h. Avec une telle autonomie, et la vitesse adaptée aux déplacements en ville, nul doutes que ces moyens de transports modernes et amusants à piloter devraient se développer rapidement. C’est en tout cas le pari fait par notre société GYRO-PHARE. Si vous souhaitez découvrir l’ensemble des produits proposés (gyropode, skateboard électrique, onewheel, trottinette électrique et vélo électrique) cliquez ici, ou rendez-vous directement sur gyro-phare.com

 

Gyropode, Transport écologique, Transport électrique

 

Et même si vous n’êtes pas convaincu par l’argument écologique, pensez avec votre porte-monnaie.

L’achat d’un gyropode coûte en moyenne 2 000 euros, bien loin du prix d’une voiture. Rajoutez à cela qu’un grand nombre de municipalités offrent des subventions pouvant aller jusqu’à 400 euros. Ces subventions concernent également les autres transports électriques et écologiques du type vélo électrique ou trottinette électrique. L’entretient requis est quasi-inexistant, plus besoin de payer d’essence, plus besoin de chercher des heures une place pour se garer et payer le prix du parking, plus besoin non plus de payer d’assurance. Les avantages et les économies qu’offrent ces transports écologiques sont très nombreux.

Il y en a un autre qu’il ne faut pas oublier : le plaisir. Piloter ces petites merveilles procure des sensations de liberté auxquelles nous ne sommes pas habitué en temps normal quand on parle de trajets quotidiens.

Bien-sûr, vous ne pourrez pas partir loin en vacances avec (du moins pas encore), et certains déplacements devront toujours être réalisés en voiture ou par un autre moyen de transport polluant. Mais pour ce qui est du quotidien, il est évident que nous devons penser avec des idées de notre temps, et non plus comme il y a 100 ans.

 

gyropode, transport électrique, transport écologique, pollution